Traducteurs : 3 pistes pour se former sans se ruiner

Se former sans se ruiner

Le traducteur est un être cultivé. Curieux par nature, il lit beaucoup afin d'acquérir une maîtrise suffisante de la terminologie de ses domaines de spécialité pour produire des textes à la hauteur du niveau de connaissance de ceux qui les ont rédigés. Dans cette optique, il effectue des heures de recherches, rencontre des spécialistes, visite des salons et s'abonne a des magazines au tirage extrêmement limité. Souvent aussi, il suit des formations pour parfaire encore et toujours la qualité de ses traductions, mais comme malheureusement, la plupart des traducteurs ne sont pas millionnaires, il faut bien trouver des combines pour s'instruire sans casser sa tirelire...

 

Le chouette Internet

Tout comme Internet nous évite désormais de passer des heures en bibliothèque pour effectuer nos recherches terminologiques, il nous permet également de nous former sans mettre les pieds dans une salle de classe.

 

Sous un acronyme barbare, les MOOC (pour Massive Open Online Courses ou CLOM, cours en ligne ouverts et massifs en français) nous donnent accès gratuitement à un volume phénoménal de connaissances et de contenus éducatifs dans de très nombreux domaines, pour la modique somme de (le plus souvent) ABSOLUMENT RIEN !

 

Cette nouvelle forme d'enseignement à distance peut être dispensée par des institutions prestigieuses (polytechnique, Stanford, HEC, MIT, Harvard, Essec, etc.) et parfois permettre d'obtenir des certificats validant de nouvelles aptitudes (les xMOOC) ou simplement faciliter l'échange de connaissances entre des milliers de participants (les cMOOC).

 

Quant à l'offre, elle est déjà très vaste et ne cesse de croître. Pour trouver votre bonheur suivant vos intérêts ou vos domaines de spécialité, commencez par explorer les principales plateformes :

Comme vous le constaterez très vite, les MOOC sont principalement accessibles en anglais, mais la France tente de rattraper son retard : plusieurs institutions offrent d’ores et déjà des cours en ligne et le Ministère de l'Enseignement supérieur vient de lancer la plateforme d'hébergement France université numérique (FUN) pour tenter de centraliser l'offre.

 

Autre piste à explorer : les cours de développement professionnel proposés par des regroupements de traducteurs ou des sociétés privées spécialisées (en France et à l'étranger). Traitant de sujets intéressant les professionnels de notre secteur (TAO, gestion et développement d'entreprise, spécialisations, etc.), ils sont pour la plupart payants. Cependant, les tarifs généralement pratiqués les laissent à la portée de toutes les bourses et leur accessibilité en ligne (vidéo ou télé-conférence) leur permet d'être visionnés ou écoutés plus tard si vous avez manqué l'heure du rendez-vous. Voici mes sources préférées pour ces petits cours rapides :

 

L'alliée SFT

Pour ceux qui ne la connaitraient pas encore, la Société française des traducteurs (SFT) est la principale association des traducteurs de France, elle a pour mission de regrouper et de défendre les intérêts de ses membres et de la profession en général. En plus de cette noble cause, elle organise de nombreuses formations en ligne et à travers la France. Ouvertes à tous, elles sont généralement proposées à un tarif plus avantageux si vous êtes membre de l'association. Dans ces conditions pourquoi s'en priver !

 

Autre brillante idée, les Matinales de la SFT organisées une fois par mois à Paris pour les traducteurs d'Île de France (mais aussi ailleurs, par d'autres délégations régionales) réunissent les professionnels intéressés autour d'un petit déjeuner-conférence. Les sujets abordés sont très variés (l'assurance professionnelle, la traduction certifiée, la recherche documentaire, etc.), mais toujours passionnants. En plus de vous instruire pour une somme modique, c'est aussi un excellent moyen de sortir de votre bureau et de rencontrer des collègues !

 

Pour élargir vos horizons, n'hésitez pas non plus à participer aux rencontres d'autres associations professionnelles en France et à l'étranger. La plupart organisent des conférences et des colloques offrant de nombreuses opportunités de formation :

 

La bonne nouvelle FIF PL

Saviez-vous que vous pouvez vous faire rembourser tout ou partie de vos frais de formation professionnelle ?

 

Si comme moi, vous aimez savoir à quoi servent les cotisations et charges diverses prélevées sur le fruit de votre dur labeur, vous avez sans doute remarqué que vous versiez un pourcentage de vos recettes au titre de la CFP, c’est-à-dire la contribution à la formation professionnelle. En creusant le sujet, vous serez ravi d'apprendre que cette cotisation alimente les caisses du FIF PL (Fonds interprofessionnel de formation des professionnels libéraux) afin de financer la formation des professionnels libéraux que nous sommes.

 

Grâce à cet organisme, vous pouvez (entre autres) demander la prise en charge de votre formation professionnelle au coût réel (hors frais d'hébergement et frais de transport) dans la limite d'un plafond de 350 € par jour et de 1 750 € par an et par personne.

 

Pour pouvoir en bénéficier, vous devez tout de même respecter certains critères et conditions :

  • Vous devez pouvoir attester de votre inscription à l'URSSAF en tant que professionnel libéral (aucun délai de carence).
  • L'organisme qui dispense votre formation doit avoir un numéro de déclaration d'activité (les plus sérieux, y compris la SFT en ont un).
  • Le FIF PL doit avoir reçu votre demande de prise en charge AVANT le début de la formation.
  • Vous devez adresser votre attestation de présence et de règlement au FIF PL une fois la formation terminée.
  • Sont éligibles les formations d'une durée minimale de 6 h sur une journée (ou cycle de 6 h par module successif de 2 h minimum) et de 4 h correspondant à une prise en charge d'une demi-journée.

Pour en savoir plus, consultez le document suivant :

Télécharger
Critères de prise en charge du FIF PL pour les traducteurs et interprètes en 2014
FIF PL 7430Z.pdf
Document Adobe Acrobat 198.0 KB

 

Et vous, avez-vous d'autres trucs et astuces à partager pour aider vos collègues à se former ? Avez-vous déjà essayé une des solutions proposées ? Qu'en avez-vous pensé ?

Pour aller plus loin :


À propos de l'auteur

Professionnelle accréditée en commerce international ayant travaillé plusieurs années comme conseillère pour les PME, Gaëlle Gagné est devenue traductrice indépendante en 2005. À la tête de Trëma Translations, elle traduit de l'anglais vers le français et partage ses connaissances en gestion d'entreprise avec ses collègues traducteurs dans un blog intitulé Mes petites affaires.


Écrire commentaire

Commentaires : 14
  • #1

    Emeline Jamoul (lundi, 04 novembre 2013 04:08)

    Merci pour toutes ces ressources, Gaëlle. J'aime beaucoup les MOOC moi aussi et suis en train de suivre une Introduction au Marketing sur Coursera. Vraiment très instructif!
    Tu parles du retard de la France, mais ne parlons même pas de celui de la Belgique (d'où je viens)...

  • #2

    trematranslations (lundi, 04 novembre 2013 04:17)

    Bonjour Emeline,
    Pas de SFT, ni de FIF PL pour toi alors... Est-ce que la Belgique offre aussi ce type de ressources pour les traducteurs ?

  • #3

    Antoine (lundi, 04 novembre 2013 04:47)

    Merci pour ce post. Est-ce que cela marche si nous suivons des cours de langue dans le pays même de la langue tout en étant auto-entrepreneur ? Je tiens à souligner également que je n'ai pas eu encore mon premier client donc n'ai pas cotisé, création récente.

  • #4

    trematranslations (lundi, 04 novembre 2013 05:08)

    Bonjour Antoine,

    Le FIF PL prend en charge les formations proposées par des organismes agréés ayant un numéro de déclaration d'activité. D'après les témoignages de collègues trouvés sur ProZ (http://www.proz.com/forum/french/144454-fifpl_fonds_interprofessionnel_de_formation_des_professionnels_lib%C3%A9raux.html), cela peut éventuellement inclure des organismes de formation basés à l'étranger. À vérifier tout de même (je n'ai jamais essayé moi-même) en vous renseignant sur les conditions de prise en charge directement auprès du FIF PL.

    Sinon, il n'existe aucune restriction en terme de durée d'activité ou de montant de cotisations versées. Pour pouvoir bénéficier du remboursement de vos dépenses de formation (dans le cadre prévu par le FIF PL), vous devez simplement attester de votre inscription à l'URSSAF en tant que professionnel libéral.

  • #5

    Catharine Cellier-Smart (mardi, 05 novembre 2013 04:46)

    Pour l'enseignement gratuit à distance j'ajouterais également les plateformes suivantes à la liste :
    http://www.leeaarn.com
    http://www.co-learning.fr
    http://www.skillshare.com
    http://www.openculture.com/freeonlinecourses

  • #6

    trematranslations (mercredi, 06 novembre 2013 11:58)

    Merci Catherine !
    Je connaissais openculture.com, mais pas les autres. Je vais donc les explorer plus avant. Je dois avouer que l'offre est tellement vaste dans ce domaine que je me suis concentrée sur les plus gros sites, mais apparemment la plupart des cours se retrouvent sur toutes ces plateformes... En as-tu testé quelques-unes ? Quelles sont tes préférées ?

  • #7

    Antoine (mercredi, 20 novembre 2013 15:35)

    Bonjour !

    J'ai appelé le FIF PL. Pour ceux qui souhaitent suivre une formation à l'étranger hors UE, il faut contacter le Service du centre de la formation professionnelle (auprès de la préfecture de votre région) et leur envoyer les documents suivants : convention de stage/contrat, programme détaillée de la formation et le nom des formateurs (plus leurs CV si possible). Ayant leur accord, le FIF PL peut alors poursuivre la procédure et vous pouvez leur envoyer les documents qu'ils demandent.
    Vous devez faire la démarche 2 mois à l'avance au moins.
    Pour une formation en France, on peut la faire pendant la formation si je me rappelle bien.

    Par contre, suivant où vous voulez prendre des cours de langue, ce n'est pas facile de convaincre les secrétaires/ profs du pays pour obtenir ces documents :/

  • #8

    trematranslations (mercredi, 20 novembre 2013 16:37)

    Bonsoir Antoine et merci de partager ici les réponses que vous avez obtenues auprès du FIF PL. Je croise les doigts pour que votre projet de formation à l'étranger puisse finalement être financé !

  • #9

    Antoine (mercredi, 27 novembre 2013 12:00)

    Bonjour Gaëlle,

    Je m'intéresse depuis peu au format .php, .xml, .html et aimerais traduire des sites. Je voudrais savoir si tu connais des sites ou autre qui puissent en parler ou si par ton expérience, tu sais comment gérer ce genre de traduction ?

    merci

  • #10

    trematranslations (dimanche, 01 décembre 2013 13:18)

    Bonjour Antoine,

    J'ai déjà traduit des fichiers en formats html, mais je ne suis pas une experte dans le domaine. Mon logiciel de TAO (memoQ) me permet de travailler avec des fichiers sous format .xml ou .html (mais apparemment pas .php), mais à part ça, je ne peux pas t'en dire plus...

    Pour plus de renseignements sur les logiciels et les applications utiles pour les traducteurs, je te recommande le site de Jost Zetzsche, a translator's tool box (en anglais seulement à http://www.internationalwriters.com/toolbox/index.html). Tu peux aussi t'abonner à son bulletin électronique mensuel... C'est une vraie mine d'or pour mieux maîtriser les outils informatiques. Consulte aussi régulièrement la liste des formations proposées par la SFT (http://www.sft.fr/fo/public/evenement/accueil/index#.UpuLBo25Dr4), eCPD (http://www.ecpdwebinars.co.uk/) et ProZ (http://www.proz.com/translator-training), tu y trouveras peut-être un séminaire pour t'initier à ce type de traduction.

  • #11

    Sharon Benmussa (mardi, 10 décembre 2013 04:26)

    Bonjour Gaëlle,

    Merci beaucoup pour cet article qui me donne de bonnes idées à explorer. Depuis un moment je tourne en rond à essayer de trouver des formations courtes entre Monaco et Marseille (en utilisant mes droits FIFPL). A ma connaissance il n'y a rien, donc des formations en ligne me semblent être la seule solution...
    Avez-vous essayé les formations Proz ? Notamment pour les traducteurs déjà installés et qui veulent développer leur entreprise (site Internet, réseaux sociaux ou réseaux pro etc). Je souhaiterais aussi approfondir mes connaissances de memoQ, ou améliorer mes techniques de relecture et de contrôle de qualité...

    Toute idée serait la bienvenue!

    Encore merci pour votre article très complet.
    Bonne continuation,
    Sharon

  • #12

    dominique_meyer@bbox.fr (jeudi, 03 septembre 2015 05:47)

    Je suis retraitée, sans enfants, donc sans petits enfants et j'ai déjà fait plusieurs traductions pour mon compte personnel, en anglais et en italien. J'ai un diplôme Universitaire, un D. E. A. "Méthodologies de l'Histoire de l'Art et de l'Archéologie" (2002) et je cherche à valoriser mon diplôme puisque les portes de l'enseignement me sont fermées. Bien entendu, mon activité de traductrice serait à titre libéral, en tant qu'auto-entrepreneur. Que me conseillez-vous de faire? Merci d'avance pour votre réponse

  • #13

    constance (jeudi, 19 mai 2016 03:43)

    Bonjour Gaelle et les autres !
    Je découvre le site et te remercie !! moi aussi je cherche un diplôme de traduction !! je termine une préparation au DipTrans par Susan James en ligne que je déconseille !!! (8 textes à rendre et pas plus)pour 450 eur !!!
    je suis la L3 de droit par le Cavej et j'ai une maitrise fle et une L3 d'anglais.eJ'étudie à la bib de la fac Dauphine. Je vais explorer les pistes proposées...pour la traduction juridique à distance !
    bonne journée
    cordialement,
    constance

  • #14

    Amandine (mercredi, 30 novembre 2016 06:45)

    Bonjour,

    Question bête : tu te formes sur un sujet en anglais, en français, ou les deux en même temps/l'un après l'autre ?