Trëma 2.0 ou l'histoire d'un nouveau logo

Changement de logo Trëma

Tadaaa !!! Mesdames et messieurs, c'est avec beaucoup d'émotion que je vous présente le nouveau logo de Trëma Translations. Plus original et plus moderne, mais toujours aussi vert, j'espère qu'il vous plaît autant qu'à moi...

Mais pourquoi ce nouveau logo me direz-vous ? Et puis à quoi ça sert d'abord ? Et comment ça se fabrique ces petites bêtes là ? Autant de questions pertinentes auxquelles je vous propose de répondre dans ce billet...


Le projet

Trëma Translations avait déjà un logo, celui là :

 

Ancien logo Trëma

 

Je le trouvais sympa mais peu pratique, car trop large pour me servir d'avatar sur les réseaux sociaux (je n'utilise que la spirale) ou pour figurer dans une signature électronique. Je voulais en outre mettre en valeur le mot Trëma et conserver le vert qui fait désormais partie de mon identité visuelle.

 

Je me mis donc en quête d'un graphiste pour réaliser ce projet. À ce stade, vous vous demandez sans doute où trouver un de ces professionnels talentueux. Réponse :

 

  • Dans les pages jaunes : Pourquoi pas, si vous croyez en votre bonne étoile !
  • Par l'intermédiaire de votre réseau : Informez parents, amis et collègues de votre recherche, notamment via les réseaux sociaux pour amplifier l'effet du bouche à oreille.
  • Sur Internet : Vous pouvez effectuer une recherche géographique pour trouver des graphistes près de chez vous ou thématique pour identifier les professionnels ayant travaillé pour vos entreprises préférées ou dans votre domaine de spécialité (leurs noms sont souvent mentionnés en bas de page).

 

Dans tous les cas, pensez à consulter leur portfolio. Souvent présenté en ligne, c'est un excellent moyen de vérifier que vous avez le même sens de l'esthétisme. Cela semble aller de soi, mais si vous aimez le travail d'un graphiste, vous aurez de plus grandes chances de tomber vite d'accord sur un nouveau design.

 

Et le graphiste de Trëma me direz-vous ? J'ai pu admirer son travail lors d'une présentation de Valeria Aliperta (Rainy London Translations) retransmise par vidéo en direct de la conférence TraduEmprende. Cette présentation, sur le thème de l'identité visuelle des traducteurs, était illustrée de plusieurs exemples, dont quelques-uns créés par Artscode. Trois minutes sur Google plus tard, j'envoyais un message à Fabio Benedetti (le graphiste d'Artscode) pour lui présenter mon idée et lui proposer un contrat.

 

Inspiré par ce projet, Fabio a accepté de relever le défi. Nous nous sommes mis d'accord sur un budget et une date de livraison, et en avant Guingamp !

 

La réalisation

La première étape dans la réalisation du projet consiste pour le graphiste à se faire une idée précise de ce que vous attendez de lui. Fabio m'a donc proposé de répondre à un questionnaire et d'évaluer certains de ses travaux afin de déterminer mes goûts et mes attentes.

 

Après avoir fait le point par téléphone pour s'assurer qe nous étions bien sur la même longueur d'ondes, il a commencé à plancher sur une première proposition de différents logos.

 

Voici quelques-uns de ceux qu'il m'a proposé :


Celui-là m'a immédiatement tapé dans l'oeil :

Une fois que nous étions d'accord sur le design à développer Fabio à travaillé sur la symétrie, la couleur et les détails de la police d'écriture. Voici à quoi ressemble cette phase du travail sur son ordinateur :

Le résultat

Une fois ce travail d'orfèvre terminé, on obtient le logo final :

 

 

Pas mal, non ? Vous serez peut-être surpris de ne pas y voir un symbole... En effet, contrairement aux dessins qu'on appelle communément « logos », celui-ci est un logo typographique, donc uniquement constitué de lettres.

 

La suite

Reste désormais à intégrer cette nouvelle image à l'ensemble de mes documents d'entreprise : signature électronique, site web (voyez plus haut), modèles de devis et de factures, profils sur les réseaux sociaux... Sans oublier l'illustration de mes cartes de visite :

Nouvelles cartes de visite

L'identité visuelle d'une entreprise est capitale pour assoir sa réputation en tant que professionnel et attirer l'attention de clients potentiels ou existants. J'espère que ce nouveau logo accompagnera longtemps le développement de mon entreprise. Et vous, avez-vous un logo ? Qui l'a créé ? Seriez-vous prêt à en changer ?

 

Pour aller plus loin :


À propos de l'auteur

Professionnelle accréditée en commerce international ayant travaillé plusieurs années comme conseillère pour les PME, Gaëlle Gagné est devenue traductrice indépendante en 2005. À la tête de Trëma Translations, elle traduit de l'anglais vers le français et partage ses connaissances en gestion d'entreprise avec ses collègues traducteurs dans un blog intitulé Mes petites affaires.


Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    alpi (samedi, 19 octobre 2013 10:02)

    Le style simple et épuré est très bien. Par contre il est clairement écrit Crëma et non pas Trëma. Avec du recul on comprend qu'il s'agit d'un t minuscule coupé mais il faut d'abord connaître le nom de l'entreprise pour comprendre le logo, ce qui est un peu illogique. La typographie est bien sinon.

  • #2

    trematranslations (mardi, 22 octobre 2013 04:16)

    Merci Alpi pour ce commentaire. C'est vrai que le T n'est pas entièrement développé... Comme je vois du Trëma partout, je ne me suis pas posé la question de la lisibilité. Est-ce que d'autres visiteurs ont la même impression ?

  • #3

    Sarah (jeudi, 24 octobre 2013 10:33)

    Bonjour Gaëlle !
    Tout d'abord merci d'avoir accepté mon invitation sur LinkedIn.
    Concernant ton nouveau logo je l'adore, ça donne une versione plus moderne avec plus de pep's c'est super ! Mais (le fameux mais^^) comme l'a dit alpi plus haut, j'ai effectivement lu trëma dès le début parce que je connais ton entreprise, en me mettant dans la peau d'un nouveau client le "t" est effectivement trop coupé et peut être interprété comme un "c", il faudrait peut être juste légèrement retoucher ce problème.

  • #4

    Fabio (samedi, 26 octobre 2013 16:36)

    I think alpi raises an interesting point.
    I tempt to disagree though with what you are saying. You are are mentioning that:
    "Avec du recul on comprend qu'il s'agit d'un t minuscule coupé" (I think if you can recognise it, it means that is clear enough to be honest)
    Also if it was a C (as you are suggesting) the shape of the Capital "C" wouldn't be so squared at the top, but indeed more rounded, as suggested by the letters "e" or "r" in the typography of the logo.

    On the other had there is a distinction between readability and legibility.
    Sans-serif typefaces (as the trema font) are more legible and therefore easier for spot reading while serif typefaces are more readable and easier to read when one has long texts.
    Personally I don't think there is an issue in recognising that the first letter is a "t". It is definitely an unconventional shape, but I think this add more personality to the logo rather than make it weaker.

    Also if you look at this different logos (please see link below)

    http://cl.ly/image/2g1s0k0j1C2P

    you will see that in logos playing with letter is ofter an interesting exercise.
    In examples like "Boots" for instance the "t" is not straight forward as could be but it's still very recognisable. Again in "Families", the "L" is visually treated like a an "i" but it can't be confused with an "i" as we know the word and and that wouldn't make any sense.
    Again "Pause" and "Futurism" are playing a lot with typography, in a brave way in my opinion, which I think is quite important in a brand.
    If people know Trema already I think they will not make any effort to see the "T" and if they they don't know it, in fact, I think they can't make any obvious association with other letters because the shape of the "t" has enough features to be recognised as letter "t".
    I hope this clarifies any doubts but, as a designer, I thought it was worth to give my point of view on this work.
    Thanks for raising the issue alpi though.

  • #5

    Ugo (dimanche, 12 janvier 2014)

    Bonsoir!

    Sympa ton logo Gaëlle! Personnellement, je ne connaissais pas le nom de ton entreprise, et j'ai lu tout de suite un t et non un C.