Série de l’été : Prendre le temps de s’organiser (4)

peaufinez vos outils promotionnels

Notre rie de l'été du traducteur se poursuit avec aujourd'hui un billet sur le développement des outils promotionnels qui vous permettront d'être identifié au premier coup d'œil et de mettre en avant une image de professionnel fiable. Puisque le mois d'août est souvent une période de moindre activité, autant en profiter pour faire le point sur ce que vous faites déjà et ce que vous pourriez faire pour promouvoir vos services. Avec un peu d'astuce et de créativité, vous n'aurez pas besoin de dépenser une fortune pour développer des outils efficaces. 

 

Épisode 4 : Peaufinez vos outils promotionnels

J’ai déjà abordé la question dans d’autres articles, mais je la remets sur le tapis aujourd’hui, car c’est un élément important de votre stratégie de développement. Pour résumer, les outils promotionnels du traducteur sont les suivants :

  • Une identité visuelle à décliner partout
  • Des profils sur les sites d’associations professionnelles et les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et surtout LinkedIn)
  • Un CV à jour
  • Un site web ou une brochure
  • Une carte de visite 

Si vous travaillez exclusivement avec des agences, vous avez sans doute concentré vos efforts sur votre CV et remis le reste à plus tard. Quelques mois ou années plus tard, vous avez une demande régulière de clients satisfaits et toujours pas de carte de visite. Est-ce grave docteur ? A priori non, puisque vous travaillez tout de même à plein temps, mais si vous désirez attirer de nouveaux clients et gagner plus d’argent (nouveaux clients = possibilité d’augmenter ses tarifs), vous devrez sans doute passer par la case promotion, et qui dit promotion dit outils promotionnels. Vous me suivez ?

 

Mettez-vous à la place d’un client potentiel. Par où commencera-t-il ses recherches pour trouver un traducteur ? Probablement sur Internet, soit en visitant les sites d’associations professionnelles, soit plus fréquemment, en effectuant directement une recherche sur son moteur de recherche préféré. Et là, de deux choses l’une, vous êtes présent sur la toile et avez une chance de le convaincre de faire appel à vos services,  ou vous n’êtes joignable qu’en tant que sous-traitant anonyme d’une entité plus visible (une agence de traduction). Même si seules les agences vous intéressent, mieux vaut tout de même soigner votre présentation. Nombreux sont les gestionnaires de projet qui consultent Internet pour en savoir plus sur un candidat, vous avez donc l’avantage de pouvoir maîtriser l’image que vous leur renverrez.

 

Pour faire les choses dans l’ordre, commencez par développer une identité visuelle (1), utilisez-la ensuite pour présenter votre CV de traducteur (2). Inscrivez-vous ensuite sur les listes de traducteurs de votre association professionnelle et créez votre profil sur un ou plusieurs réseaux sociaux (3). Si le manque de temps ou vos convictions personnelles vous limitent à ce niveau-là, créez au moins un profil sur LinkedIn (le réseau professionnel le plus utilisé de la planète), en remplissant bien toutes les sections. Étant donné que les profils des utilisateurs de réseaux sociaux arrivent en tête des résultats de recherches effectuées à partir de votre nom, mieux vaut en effet un seul profil entièrement à jour que cinq obsolètes ou à moitié complétés. Si les réseaux sociaux vous mettent le pied à l’étrier du Web, continuez sur votre lancée et créez un site (4) et s’ils vous donnent le goût du contact et des échanges, faites imprimer des cartes de visite (5) et allez à la rencontre d’entrepreneurs et de traducteurs !

 

À cette liste d’outils, ajoutez la photo professionnelle permettant d’illustrer et de personnaliser votre site, vos profils sur les réseaux sociaux ou les annuaires professionnels voire votre carte de visite. De grâce pas de photo de vous en maillot de bain ou avec votre chien, mais une vraie belle photo de photographe mettant en valeur votre bonne tête de professionnel compétent et sympathique !

 

Pour aller plus loin :

 

Si vous les avez manqués, consultez les précédents billets de la série de l'été du traducteur et ne manquez pas le prochain épisode, « Identifiez (et séduisez) de nouveaux clients ».


À propos de l'auteur

Professionnelle accréditée en commerce international ayant travaillé plusieurs années comme conseillère pour les PME, Gaëlle Gagné est devenue traductrice indépendante en 2005. À la tête de Trëma Translations, elle traduit de l'anglais vers le français et partage ses connaissances en gestion d'entreprise avec ses collègues traducteurs dans un blog intitulé Mes petites affaires.


Et maintenant ?

Partagez



Abonnez-vous au flux
RSS Feed

Consultez d'autres articles :

Série de l'été - Domptez la technologie (1)
Série de l'été - Mettez en place une comptabilité digne de ce nom (2)
Série de l'été - Immergez-vous dans votre langue source (3)
Travailler pendant les vacances (de vos enfants)

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Sarah B. (vendredi, 28 décembre 2012 04:39)

    Merci beaucoup Gaëlle !
    Grâce aux précieux conseils contenu dans tes articles, je m'aperçois que l'obsession que j'avais pour la création de mon site web n'était pas une étape à faire passer en priorité, loin de là !